Time is the Death and the Healing
Take your last breath 'cause Death is deceiving
Time is the Past, Now and Tomorrow
Days fly so fast, it leaves me so hollow

 
AccueilPortailRechercherFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Saedis Himinn [OK]

Aller en bas 
AuteurMessage
Saedis Himinn
Red Light Call-girl

avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 15/08/2008

MessageSujet: Saedis Himinn [OK]   Sam 16 Aoû - 0:42

.:: DOSSIER PERSONNEL D’ IDENTIFICATION ::.




I. ETAT CIVIL


    Nom : Himinn
    Prénom : Saedis
    Pseudonymes connus :

  • Valdìs Af Isafjördhur (XVIIIe siècle) (Dite Valdi)
  • Senjana Kristjansen (WWII) (Dite Jan)

    Âge : 21 ans

    Nationalité : Islandaise

    Famille :

  • Kiribian Himinn - 44 ans - Profession inconnue
  • Helgà Lòvisa - 19 ans - Etudiante - Décedée

    Métier : Déclarée en tant que serveuse mais s’est plus fait connaître comme prostituée de luxe.


II. DONNEES BIOMETRIQUES


    Sexe : XX

    Taille : 1m75
    Poids : 68 kg
    Couleur des yeux et des cheveux : Saedis a de jolis yeux bleu-vert et des cheveux noirs.

    Groupe sanguin : A+

    Signalement oculaire sommaire de l’individu : Cette jeune Derenh n’est pas connue comme vendeuse de charmes à prix d’or pour rien. Du haut de son mètre soixante-quinze rehaussé par des talons plus ou moins hauts, elle aime faire remarquer aux autres le douce cambrure de ses reins, sa taille bien marquée ainsi que sa poitrine joliment arrondie. Ses jambes longues et fuselées sont souvent gainés de bas, résilles ou pas. Ses vêtements foncés sont soit moulants soit affriolants (voire les deux, puisque nous en parlons) et contrastent avec sa peau pâle par nature. Son visage oval est encadré de longs cheveux noirs. Ses yeux sont d’un bleu tirant plus volontiers vers le vert et elle maquille sa bouche de rouge ou d’une couleur un tout petit peu plus foncée. Son maquillage est parfois poussé, tout dépend du rôle qu’elle se donne. Dans la vie de tous les jours, elle garde une apparence simple mais attirante, comme toujours. En ce qui concerne ses bijoux, elle garde un collier sur elle, sans vraiment savoir pourquoi et aime porter des boucles d’oreilles. Ses cheveux sont parfois relevés à l’aide de piques en bois ou en métal, accordées avec ce qu’elle porte.
    Souple, elle n’a aucun mal à se hisser sur des chaises ou sur un comptoir sans pour autant avoir le vertige.
    Saedis aime plaire et pour cela, sait faire de son visage un indicateur permanent de son humeur. Ainsi, elle sourira et deviendra boudeuse aux premières étincelles qui exigent – en quelques sortes- ce comportement.


III. DONNEES PSYCHATRIQUES

    Goûts personnel du sujet:
    Les arts sont, depuis longtemps selon elle, ses hobbies favoris. Ses passions en somme. La plupart du temps, lorsqu’elle peut, elle chante ou dessine. A chaque nouvelle chose qui attrait aux sept Majestés, comme elle adore les appeler, elle se montre… Etonnamment douée. La musique prend une place maîtresse dans sa vie. Elle aime aussi les animaux, le beau parlé et les manières parfois un peu trop alambiquées. Elle a aussi un attrait immodéré pour les armes blanches, surtout celles à lame. Elle aime aussi charmer. Se sentir terriblement désirable et combler certains riches et beaux prétendants de son corps qu’elle voit plus comme un objet à plaisir qu’une enveloppe importante. Malgré le fait qu’elle en prenne soin. Elle aime aussi l’écriture et la grande poésie.
    Elle n’aime absolument pas les gens qui bavent sur elle comme devant un bon plat qu’on rêve de manger. Saedis a aussi une aversion pour la musique rap, ce qui est le cas de beaucoup. N’étant pas difficile, la demoiselle n’aime pas non plus la vulgarité, elle préfère les sous-entendus bien menés. Saedis déteste aussi les vantards.

    Loisirs: Dans son temps libre, Saedis aime jouer du piano et chanter. Elle se débrouille aussi assez bien au violon mais elle a peu l’occasion d’en voir. Elle écrit, aussi, de longs poèmes qu’elle déchire à la fin, se trouvant trop sentimentale.

    Description caractérielle du sujet: Au premier abord, Saedis est une jeune femme tout à fait sympathique, avenante, un peu… Non, d’accord, très charmeuse. Mais le considérant comme son métier, elle sait garder un visage aguicheur et/ou souriant sans vraiment être heureuse. Jouer un rôle, elle a l’impression de savoir le faire depuis si longtemps… Don du ciel sans doute, du moins c’est ce qu’elle pense. Lorsqu’elle est en société, hors travail, c’est une demoiselle plus réservée mais toujours soucieuse de plaire. Un peu délurée à ses heures, elle aime se dire qu’elle est utile. Mais utile à qui ? A quoi ? Elle refuse de se le demander, ce serait avouer son doute. Son incertitude face à sa vie qu’elle ne pourra pas passer à jouer les vendeuses de charmes, encore moins de luxe. Pourtant, au fond, elle ne fait pas ça pour le métier mais plutôt, en mémoire d'une certaine personne. Son côté loyal pourrait être légendaire. Aimant se promener lorsque la nuit est tombée, faisant fi de toutes les règles, elle a besoin de quelques moments de solitude. Elle montre, effectivement, ce côté légèrement antipathique et asociable, malgré sa patience. Gare à celui qui la met en colère ou qui lui fait un mauvais coup, celui là est destiné à subir les pires sévices psychologiques. Défaitiste, elle se dit qu’un jour, il faudra bien qu’elle meure et qu’enfin, elle sera en paix… Elle le croit, tout du moins…


IV. CURRICULUM VITAE

Vue Subjective


    « Je suis née il y a environs vingt et un ans, quelque part en Islande, du moins je le crois. J’ai quitté les terres glacées de l’île à deux ans pour rejoindre les terres françaises. Et pourtant, mon père a voulu que j’apprenne l’islandais en plus de l’anglais, du français et de l’allemand. Ma scolarité se déroula en deux temps. Tout d’abord, je passais les sept années suivantes de ma vie en France. A la suite de cela, mon père trouva, soit disant, un poste à la frontière finlando-suédoise. Comme vous le devinez, mon père tint absolument à ce que je sache parler les deux langues et cela d’une manière distinguée comme vulgaire.
    Je suis restée là bas jusqu’à mes seize ans. J’ai d’ailleurs passé les plus belles années de ma vie à Muonio et à Tornio, préférant largement la Laponie et la Finlande en général aux contrées suédoises. Je me passionnais pour la musique un rien brutale mais toujours pleine de poésie, la mélancolie de ce pays aux allures de Paradis terrestre. J’y ai fait d’ailleurs quelques unes des rencontres les plus importantes de ma vie.
    Mais à seize ans, mon père nous fit déménager, une fois de plus, mais cette fois-ci, au Danemark. Je défie quiconque d’apprécier, au premier abord, le calme trop pesant de Tåstrup. J’y ai passé quelques années, suivant des cours multiples par correspondance. Et c’est pourtant là bas que j’ai aussi rencontré… Une Inconnue. Bien sûr, dans ce village, tout le monde se connaissait. Tout le monde sauf une demoiselle aux cheveux si blancs que j’en étais époustouflée. J’apprenais par les vieilles commères de ce village qu’elle était « une de ces filles de bordel » que les femmes regardaient avec mépris et que les hommes payaient en secret.

    Un jour… Je l’ai vue, par hasard, observant une grande plaine, seule. Prenant mon courage à deux mains, j’allais à sa rencontre. C’était une charmante femme, plus âgée que moi – elle n’a jamais voulu me dire son âge – venait des îles Féroé. Tout en elle respirait la douceur et on peinait à croire qu’elle s’offrait dans les bars les plus sordides aux yeux et aux mains des hommes… J’étais proche de mes dix-sept ans et elle m’invita à venir la voir à un soir, dans un cabaret au nom charmant en apparence, « Le Lys Blanc ». Mais quelle blancheur à l’intérieur. Je rejoignais discrètement le coin où ma chère Inconnue se préparait. Je découvrais alors un tout autre univers. Du maquillage, des bas, de la lingerie fine, des vêtements courts, des accessoires de scène…

    Des coulisses, je voyais une femme se métamorphoser en un objet de fantasme, faisant lever les yeux des hommes vers elle, jouant de son regard bleu, mettant en avant ses atouts féminins, en dévoilant parfois. Je restais… Bouche bée. Elle était belle, merveilleusement belle. La voir se faire désirer ainsi sur une scène, comme un ange se rit de Dieu et montre sa vraie face au monde. Et si ce n’était que sa face…

    Je devais avoir le visage sacrément rouge lorsqu’elle revint, tenant presque ironiquement ses vêtements devant son corps si… Délicieusement fait. Je rougissais encore. Elle rit et me proposa de rester quelques instants, afin de parler.
    La nuit passa, elle m’expliqua pourquoi elle faisait ça, me montra chaque chose qu’elle savais, pouvait faire…

    « Je veux devenir comme toi… »

    Cela ne sembla pas la choquer outre mesure, elle commença, peu à peu, à me montrer comment elle travaillait. Ayant le gérant du bar à la bonne, elle me fit même rentrer comme assistante qui se transforma bien vite en serveuse au bar.

    Mais cette Inconnue (bien sûr, je connais son nom) ne se contenta pas de me montrer comment attirer sur scène, mais bien au quotidien. Elle remania ma garde-robe, me montrant que je n’étais pas si discrète que j’en avais l’air et que je me devais de faire partager au monde cette superbe vue. Mais je fus si gênée, lorsqu’elle me dévêtit devant elle et me passa au crible.

    « Couper les cheveux… Te maquiller un petit peu, juste un petit peu, tu as de beaux yeux… Mettre des talons… »

    Je me retrouvais habillée par les mains expertes de cette jolie danoises. Corsetée, les jambes ornées de bas retenus par de la lingerie qui me faisait devenir presque cramoisie. Une jupe courte, affriolante, des talons hauts, un maquillage discret mettant en valeur la couleur de mes yeux.

    Je ne m’étendrais pas sur la suite. Bien vite, elle me mit sur scène avec elle… A mes dix-huit ans exactement. Elle fut même étonnée de me voir si douée et prête à attirer sur moi les regards.

    Mais un jour, mon père débarqua dans le bar. J’étais en très très petite tenue aux côtés de ma très chère amie. Dix-huit ans et six mois… Il commença à me hurler dessus en plein bar, si bien que je… Prenais une bouteille vide sur le comptoir, la brisais à même le zinc et m’approchais, menaçante de lui. C’était certes très beau à voir. Une demoiselle peu vêtue agressant un homme, comme une Judith se vengeant sur un homme cette fois bien éveillé. Je lui sommais de partir. Je ne l’ai jamais revu.

    Cette nuit là pourtant, je ne trouvais pas le sommeil. Mon Inconnue m’avait accueillie dans sa belle maison, non loin de Copenhague. De fil en aiguille, elle me fit découvrir qu’une femme pouvait être douce et violente à la fois. J’en garde un étrange et amer sourire, d’ailleurs.
    Après cet épisode, je me vendais sans scrupule, amassant de belles sommes d’argent et décidant de partir, battre de mes propres ailes. L’Allemagne était un pays des plus agréables à vivre, il y faisait bon vivre et j’avais déjà des contacts là bas.

    Ravensburg sera donc mon nouveau terrain de chasse. »


Vue Objective


    Saedis Himinn est née le 1er décembre 1987 à Vatneyri, en Islande. Sa mère est morte lorsqu’elle avait six mois, d’une mort suspecte qui fut vite étouffée. Elle fut emmenée par son père en France jusqu’en 1996 où elle a été très poussée dans le domaine des langues et des bonnes manières. Par la suite, elle a habité jusqu’en 1999 à Muonio puis de 1999 à 2003 à Tornio, en Finlande, passant bien souvent en Suède. Son père la toujours extrêmement poussée dans ses études et pourtant était absent, confiant sa fille à des gouvernantes et des cours par correspondance, estimant que les écoles n’étaient pas assez bien pour Saedis. Elle eu peu de contact social avec les autres durant son enfance. En 2003, elle a déménagé au Danemark, à Tåstrup. Là bas, en 2004, sa vie a plongée dans la débauche. Elle a côtoyé une strip-teaseuse qui était prostituée en plus de cela. Cette femme entraîna l’adolescente dans le monde de la décadence et de la luxure dégoûtante. La jeune Islandaise en vint même, en 2006, à agresser son père et refuser tout contact avec lui après ça. Depuis ce jour, elle exerce le métier officiel de serveuse et officieux de prostituée et strip-teaseuse. Fin 2008, elle s’installa dans la ville de Ravensburg…



V. SIGNES PARTICULIERS

    Pouvoir : Développement des sens (Résulte d'une certaine concentration)

    Rang souhaité : Derenh

    Style de combat : Se révèle douée avec tout ce qui possède une lame ou un côté coupant.



    Inventaire (si vous voulez en ajouter un à votre fiche) :
  • Un calepin
  • Un stylo plume à encre violette foncée
  • Un crayon papier
  • Une gomme


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saedisinruusut.over-blog.com/
Docteur Maboul
Pied du Destin

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 15/08/2008

MessageSujet: Re: Saedis Himinn [OK]   Sam 16 Aoû - 0:58

Bienvenue au bel oiseau de nuit que voici.

** Le pied tente piteusement une révérence qui se voulait du meilleur effet... c'est pas parce qu'on est un pied qu'on a pas une bonne éducation, qu'on se le dise ! **

Une grande joie de compter si charmante personne parmi les âmes de notre sombre cité... Puisse la vie ici vous être aussi douce que possible.

** Murmure **

Psssst... J'crois que vous aurez un camarade de jeux au milieu des Lanternes... Enfin un genre de patron ou de tête de turc, au choix.



Bref ! Vous êtes validée bien entendu. Bonne évolution dans les méandres de Ravensburg.
Wink

_________________
The Foot of Destiny is watching
YOU
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quanticum.1fr1.net
 
Saedis Himinn [OK]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Quanticum ::. :: .:: Codex Veritas ::. :: Persona :: Derenhs-
Sauter vers: